TÉLÉCHARGER SUPERMAN SAMIRA SAID

TÉLÉCHARGER SUPERMAN SAMIRA SAID

TÉLÉCHARGER SUPERMAN SAMIRA SAID

Halte au sabotage! Plusieurs d entre eux reprochent à ce dernier de ne pas avoir affiché sa position publiquement par rapport aux manifestations populaires pacifiques que la majorité des magistrats soutient inconditionnellement. Par cette position, la justice algérienne va rater le train du changement pour la construction d une nouvelle République démocratique. L histoire retiendra notre passivité complice.

Nom: superman samira said
Format:Fichier D’archive
Version:Nouvelle
Licence:Usage Personnel Seulement
Système d’exploitation: iOS. Android. Windows XP/7/10. MacOS.
Taille:39.71 MB

Deux représentants, maîtres Sellini et Benaadila, respectivement bâtonniers d Alger et de Boumerdès, sont désignés pour remettre la lettre. Une fois à l intérieur, seul maître Sellini est admis. MESSAGE Cependant, il rebrousse chemin après que l agent l informe que l entrevue ne sera pas avec le président du Conseil mais avec un administrateur.

P L A N D U S I T E

Il les met en garde contre toute validation de la candidature du président sortant pour un 5e mandat qui, selon eux, ne répond pas aux critères non seulement de santé, mais aussi de respect de la procédure qui oblige tout candidat notre mouvement, nous tenons d abord à adresser une lettre au pouvoir en place pour dire que nous sommes des hommes de loi et que nul ne peut se targuer d avoir l exclusivité de l amour du pays.

C est pour cette raison que nous avons décidé d entamer notre sitin par l hymne national. Le sit-in, qui a duré une heure de temps, fut par la suite levé dans le calme. Réunis sur l avenue du 1er Novembre qui longe le siège de la cour, les défenseurs ont scandé des slogans pour exprimer leur soutien au peuple et dénoncer les violations des lois de la République. Mardi dernier, une délégation de l Union nationale des barreaux d Algérie a demandé à être reçu par le président du Conseil, pour lui remettre la déclaration qui avait sanctionné leur réunion extraordinaire, tenue la veille.

Dès midi, les avocats ont commencé à se disperser, se donnant quand même rendez-vous pour la marche de vendredi, à laquelle les Algériennes ont appelé en ce 8 mars, Journée internationale dédiée aux droits des femmes. Tizi Ouzou : Pour interpeller les membres du Conseil constitutionnel, les avocats organisent un sit-in La corporation des robes noires a organisé, hier et mercredi aussi, des sit-in devant les palais de justice de la de la wilaya Tizi Ouzou, dans le sillage des actions de mobilisation pour protester contre le 5e mandat de Bouteflika à la magistrature suprême et pour réclamer également le changement du système.

Ils ont également gelé leurs activités judiciaires à travers tous les tribunaux et cours d'appel pendant deux jours. Notons aussi qu en plus de l action des robes noires devant la cour de justice de Tizi Ouzou, des sit-in ont été observés devant le tribunal du chef-lieu de wilaya et ceux de plusieurs localités comme Aïn El Hammam, Tigzirt, Draâ El Mizan, Ouacifs, Azazga.

Par ailleurs, rappelons que, jeudi dernier, des centaines d avocats ont battu le pavé dans la ville de Tizi Ouzou pour protester contre le 5e mandat et réclamer le départ du système.

Notons aussi que les avocats vont marcher sans robes avec la population, lors de la marche prévue aujourd hui, vendredi, à 13 heures, à Tizi Ouzou. Hafid Azzouzi debout avec le peuple! Après la halte devant le siège de la cour, les protestataires ont fait le tour de l îlot en empruntant les rues Abdeslem Benbadis, Larbi Ben M hidi, puis Aïssat Idir pour terminer leur action devant l entrée, sise dans cette dernière rue.

Des citoyens massés sur les trottoirs n ont pas manqué d applaudir les robes noires. En effet, les avocats de Batna ne comptent pas s arrêter là, une autre manifestation est prévue le 11mars prochain. Djekhar, K.

Ouhab, Fodil. Benflis 3 aujourd hui 3 De la maturité en marche Par Nadjia Bouzeghrane Pour une Algérie démocratique et égalitaire C est au tour des femmes de monter au front de la révolte populaire contre le 5e mandat d Abdelaziz Bouteflika et pour un changement du système politique algérien en cette journée symbolique qui est la leur, le 8 mars. Elles devront être, elles seront, à n en pas douter, à la hauteur des enjeux de l heure. Comme toujours quand il est question du destin de l Algérie.

Elles seront là, dans toutes les régions du pays, une rose à la main, pour dire leur espérance en un futur démocratique et égalitaire. Le 22 février et le 1er mars derniers, les Algériennes étaient déjà dans la rue, en nombre conséquent, toutes générations confondues, pour réclamer un Etat de droit et le respect de leur dignité.

Parmi les lycéens et les étudiants, elles étaient là aussi. C est une seconde indépendance qui est en marche. Elles savent, à leur corps défendant, qu il n y a pas de droits sans démocratie et sans Etat de droit, tout comme il n y pas de démocratie sans droits des femmes.

Les avis de nos clients

Ce vendredi 8 mars, aux mots d ordre populaires depuis les manifestations du 22 février, s ajouteront ceux propres à la composante féminine du peuple algérien : une citoyenneté à part entière et des lois civiles égalitaires. Leurs luttes pour leurs droits, les femmes algériennes d ici et d ailleurs, elles les ont toujours inscrites dans la construction démocratique de l Algérie. Les Algériennes partagent l idéal de l ensemble des Algériens, leur espérance : le changement et la perspective d une Algérie moderne, égalitaire, riche de sa diversité et de sa pluralité.

A la nouvelle génération féminine d en tirer les enseignements, d être vigilantes et d en porter le flambeau jusqu à la victoire finale, comme le disait il y a quelques jours Djamila Bouhired. Nassima Oulebsir Historique. De la maturité et de la détermination. Les Algériens contre le 5e mandat et le changement de système n abandonnent pas, ils persistent. Au fil des jours, les manifestations s enchainent, s organisent et réussissent dans une dignité absolue.

Après l admirable démonstration des avocats hier dans tout le pays, aujourd hui, les Algériens ont encore rendez-vous pour le troisième vendredi consécutif.

Une autre marche, une manifestation contre le 5e mandat et contre le système. Une journée aussi particulière puisqu elle coïncide avec la Journée internationale des droits des femmes. Mais elle est surtout actualisée au vu des manifestations contre le 5e mandat et demandant le changement du système.

L heure n est pas aux revendications des femmes, mais à la sauvegarde du pays. Un point à marquer. Après Djamila Bouhired, la moudjahida Zohra Drif Bitat a rendu publique une déclaration dans laquelle elle annonce sa décision de prendre part au mouvement. Nassima Oulebsir parle de la cohérence et de la continuité avec son engagement par la signature de la lettre des 19, le 1er novembre Elle refuse que son pays et ses institutions soient soumis à un pouvoir parallèle, occulte, illégal et illégitime.

Non à l instrumentalisation des femmes! Soyons les dignes descendantes des moudjahidate, gardons en tête leur destinée après l indépendance! Mais ces dernières, aux premiers rangs depuis le 22 février, sont déterminées à s imposer pour le changement. La révolution se conjugue toujours féminin, de toute manière.

Les anciens du MALG soutiennent le mouvement populaire contre un 5e mandat Les membres de l Association nationale des anciens moudjahidine MALG soutiennent les manifestations contre le 5e mandat. Ils déclarent, dans un communiqué rendu public mercredi soir, qu ils partagent l inquiétude et la colère du peuple devant le mépris et le refus d un changement du pouvoir actuel.

Les Algériens ne cessent de réitérer leur refus incontestable pour le 5e mandat du président Bouteflika, mais les dirigeants font semblant de ne rien entendre. Le pouvoir ignore, la voix du peuple, qui persiste dans sont appel contre le 5e mandat. Une manifestation pacifique mais surtout mature et consciente. Présidant la cérémonie d ouverture dédiée aux festivités amazighes du tourisme et de l artisanat, Abdelkader Benmessaoud n a pas pu prononcer son allocution et a été contraint de se retirer de l amphithéâtre.

Un groupe de jeunes sont entrés dans la salle de conférences du centre et ont interrompu le discours prononcé par le secrétaire général du Haut- Commissariat à l amazighité, Si El Hachemi Assad.

Depuis le premier rang, un protestataire a interpellé les officiels locaux le wali d Illizi et le wali délégué de Djanet qui devaient prononcer un discours de bienvenue. Les services de sécurité ne sont pas intervenus pour empêcher ces jeunes de s exprimer. Les protestataires ont suivi la délégation officielle qui s est retirée après quelques minutes de flottement.

Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l Artisanat, interpellé à la sortie de la salle, a essayé de raisonner les jeunes, qui se sont regroupés devant le portail du CFPA. On ne nous a jamais pris au sérieux. J ai la rage quand je vois à la télévision ces millions de logements qu on distribue au Nord, sans qu on en bénéfi cie. La paix dans notre pays, c est notre affaire aussi.

Selon M. Selon lui, les citoyens ne doivent pas oublier les réalisations à mettre au compte du présidentcandidat, Abdelaziz Bouteflika, comme les réalisations dont profiteront les populations de cette région du sud-est du pays. SOUHIL Des dizaines d enseignantes accompagnées par des lycéens et des collégiens ont protesté, hier, devant le siège de la wilaya de Bouira pour s opposer au 5e mandat de Bouteflika.

Les protestataires, venus de plusieurs établissements scolaires du chef-lieu de la wilaya, se sont rassemblés à midi sur l esplanade de la maison de la Culture Ali Zamoum. Vers 12h30, les manifestants se sont dirigés vers le siège de la wilaya où ils ont observé un sit-in. L étrange réaction des agents de sécurité était de fermer le portail du siège de la wilaya pour ne laisser pénétrer aucune personne.

Des personnes à bord de leurs véhicules ont été même empêchées de quitter les lieux. Hier encore, des travailleurs de l Algérienne des eaux ADE de la daïra de M Chedallah, à 40 km à l est de Bouira, ont décidé d entrer en grève pour protester contre le 5e mandat.

Par ailleurs, plusieurs appels ont été lancés par des organisations et des syndicats pour prendre part à la grande marche d aujourd hui. Son analyse reste radicale. Il propose une solution à la situation actuelle en exigeant le départ de tout le système. Meziane Abane Quelle est votre position par rapport à cette révolte populaire contre la candidature de Bouteflika au 5e mandat?

Je salue les jeunes manifestants, les personnes âgées, les femmes et tous ceux qui se sont levés pour tout ce qu ils ont fait depuis le 22 février.

Je salue leur courage pour dénoncer l injustice qu ils subissent tous les jours et pour leur position historique sur la situation de l Algérie. Je suis en totale adhésion avec le peuple à travers le territoire national et dans toutes les willayas du pays. Notre peuple a tranché. Il a donné son verdict contre les dépassements de nos gouvernants. Il refuse un mandat de plus pour le président de la République.

Il veut s en débarrasser gentiment et pacifiquement. Le président Bouteflika est malade. Il est absent de la scène politique depuis Sa situation s est aggravée depuis Quant à sa candidature, elle illégale et anticonstitutionnelle.

Elle a d ailleurs été présentée par procuration au Conseil constitutionnel, ce qui est totalement contraire à la loi. Que pensez-vous du candidat Ali Ghediri, général lui aussi à la retraite? Le soutenez-vous? J ai assisté à sa conférence de presse au Forum du quotidien Liberté et je peux vous dire que je ne partage ni ses convictions ni son programme.

Je ne soutiens personne. Vous qualifiez de prédateurs et d Apaches les gens qui, selon vous, font tout pour maintenir Bouteflika au pouvoir.

Qui sont ces gens-là? Le principal, c est son frère Saïd. Même s il a commencé bien avant à s intéresser au pouvoir, il a réussi à s imposer en profitant de l état de santé compliqué de Bouteflika en Gaïd Salah, en place depuis , en a fait de même.

Depuis, ce sont ces deux hommes qui gèrent le pays. Gaïd a consolidé les positions de Saïd. Ce dernier a fait pareil et c est ainsi qu il est devenu le patron de la présidence. Tout le monde lui obéit, y compris Gaïd Salah.

Saïd a continué jusqu à modifier la Constitution de pour permettre à son frère de briguer un 3e mandat, puis un 4e. C est lui le principal ordonnateur et c est lui qui commande ces Apaches dont les oligarques, comme les qualifie Louisa Hanoun. Je cite ici Ali Haddad, Tahkout, Kouninef et d autres. Ouyahia aussi. C est ce dernier qui a créé l empire Tahkout en lui octroyant des terrains et des usines prêtes au dinar symbolique, comme celle de Tiaret.

C est Ouyahia qui lui a donné ou bus d étudiants. En tant que Premier ministre, il a profité lui aussi de cette situation pour devenir un réel oligarque.

C est un bon exécutant discipliné. Il a étudié le personnage du frère du président, Saïd. Il l a bien cerné, au point de le manipuler. C est la raison pour laquelle Ouyahia est resté au pouvoir jusqu à ce jour. Le pouvoir connaît aussi son histoire. Ils ont trouvé un terrain d entente pour rallonger le règne de Bouteflika. Mais il n y a pas qu Ouyahia, il y a aussi tous les gouvernements successifs du temps de Bouteflika.

Ces derniers ont profité aussi de la situation. Ils sont devenus, en quelque sorte, les esclaves des Bouteflika. Ils sont devenus des porteparole du gouvernement, ou plutôt de Saïd Bouteflika.

Tout le monde est nommé sur ordre de Saïd, y compris les militaires! Saïd interfère même dans les grandes décisions de l armée. Cela veut dire que même le chef d état-major n est pas libre. On lui impose les chefs militaires pour les besoins et les intérêts de la présidence, comme par exemple certains chefs des Régions militaires, le poste du chef de la Garde républicaine et certains postes des renseignements.

Ils sont tous imposés par lui. En réaction aux manifestations contre le 5e mandat, Gaïd Salah a mis en garde, sur un ton menaçant, ceux qui veulent, selon lui, déstabiliser le pays. Il a parlé des risques et des menaces qu encourt l Algérie, qui demeure, selon ses dires, ciblée par ses ennemis. Quelle est votre lecture du discours du chef d état-major? Contrairement à Gaïd Salah, je considère que l Algérie est en sécurité, ce que lui ne dit pas.

Il parle du danger extérieur. Qu il dise lequel? C est lui qui a créé ce danger. C est son invention. S il y a un danger de l extérieur, notre armée est capable d y faire face. Elle est garante de la sécurité des frontières et de leur contrôle. Elle est composée de soldats, de gradés et d officiers. Nous avons le commandement des secteurs opérationnels militaires qui sont en charge de surveiller et de contrôler les frontières, les commandements régionaux et le commandement national.

Ce sont ces militaires disciplinés qui supportent tous les sacrifices, qui maintiennent la sécurité des frontières. Maintenant, si on croit Gaïd Salah et sa thèse de danger extérieur, ce qui veut dire une sorte d invasion d un pays étranger comme la France, les Etats-Unis ou autres, nous avons tout le potentiel nécessaire pour faire face à cette situation.

Gaïd Salah dramatise les choses. Nous avons une grande expérience dans la lutte contre le terrorisme en Algérie. L armée algérienne a su s adapter à cette situation. Elle le fera devant les grandes puissances. Gaïd Salah doit arrêter d essayer de faire peur au peuple algérien. Les Algériens doivent continuer leur combat pacifique et ne doivent pas croire ce genre de fabulations.

Gaïd Salah attend juste la mort de Bouteflika pour prendre sa place.

Tous les MP3 de Samira said سميرة سعيد

Il est sûr que si ce dernier décède, c est lui qui reprendra les rênes du pays. Vous parlez d une solution à la situation actuelle. Pouvons-nous en connaître le contenu? Première étape. Il faut appliquer l article de la Constitution et annoncer la vacation du poste du président. Nous savons tous que l actuel président de l APN a été placé par effraction et par la force du cadenas et que c est Saïd Bouteflika qui a placé les différents gouvernements, le Conseil constitutionnel ainsi que le chef d état-major.

Ils sont donc tous illégitimes. Il faut les destituer. Gaïd Salah reçoit même des ordres des Emirats. Trouvez-vous cela normal?

Imaginez-vous un chef d état-major de l armée qui parle de paix et de stabilité alors qu il reçoit des ordres de l étranger? Il n est qu un pion. Nous sommes dans l illégalité la plus totale.

Je propose un comité des sages. Ces derniers auront des conseillers, dont l avocat Mustapha Bouchachi, le journaliste Fodil Boumala et le colonel Chafik Mesbah. Ce comité aura un coordinateur qui sera le Dr Lounes Oukaci.

TÉLÉCHARGER VITALE FT MOLARE GRATUITEMENT

Ce comité des sages doit être installé par le président du Sénat Abdelkader Bensalah. Ce comité aura pour mission de nommer un gouvernement provisoire dans une période de trois mois ou peut-être plus afin de préparer la transition. Il doit aussi aider le président du Conseil de la nation à préparer l intérim de la présidence. Il aura, donc, trois mois pour installer le gouvernement et trois autres pour préparer les élections. Ce sont eux qui décideront s ils gardent l APN ou non.

Tous les membres des gouvernements successifs doivent rendre des comptes. Ils doivent déposer leurs bilans et rendre publics leurs biens immobiliers depuis la prise de leurs fonctions. Ils doivent être interdits de sortie du territoire jusqu à ce qu ils prennent le quitus de la Cour des comptes. Tout haut fonctionnaire doit le faire dont, je cite pour l exemple, Mohamed Raouraoua ou l empereur de la résidence d Etat Hamid Melzi.

Il faut aussi assurer la sécurité des membres du comité qui doivent être à l abri. Pour cela, il faut nommer un nouveau directeur de la sécurité militaire.

Ce ne sera pas Tartag.

Je propose Ouadaï Mohamed qui était adjoint de la 1re Région militaire. Il faut aussi un nouveau wali d Alger qui sera, selon moi, Metaoui Mokhfi, un exmilitaire nationaliste et sérieux. Même le chef d état-major Gaïd Salah doit partir et rendre des comptes. Il sera remplacé par le commandant des forces terrestres, Saïd Chengriha, qui assurera l intérim. Vous avez été condamné, en , à une année de prison ferme pour outrage à corps constitué l institution militaire suite à vos révélations et sorties médiatiques.

Vous avez été libéré, neuf mois plus tard, suite à votre maladie. Quelles conséquences cette affaire a-t-elle eu sur vous? Pour moi, vu son accent, elle est Égyptienne. Je ne peux pas comprendre que l'on puisse critiquer cette artiste exceptionnelle et lui reprocher d'avoir l'accent Égyptien plutôt que Marocain.

Lorsque ma famille et moi avons quitté le Liban en en pleine guerre, j'étais alors bien petite et vivais mal cet exil car j'aime profondément mon pays malgré ses meurtrissures. Je me souviens avoir longtemps écouté la voix de Samira.

Cette douceur incomparable mêlée à la tristesse de sa voix me consolaient d'être loin du pays que j'aime. J'ai commencé par croire qu'elle était Libanaise, puis, vu son accent Égyptien parfait, je me suis dit qu'elle n'était pas vraiment Libanaise, mais bon, après tout l'Égypte n'est pas bien loin du Liban. Cette femme devait absolument être une vraie orientale. Et puis voilà aujourd'hui en lisant sa biographie, je découvre qu'elle est Marocaine. Tous les Marocains devraient en être très fiers.

Elle, au moins, elle sait chanter. Au Liban, nous avons beaucoup de chanteurs et chanteuses, mais de vraies étoiles, il y en a peu. Samira est une étoile. J'avoue que jusqu'ici, je ne suis pas trop intéressée au Maghreb ni aux artistes Maghrébin.

Pour moi, l'art et la chanson arabes se limitaient à l'Égypte et au Liban.